Mot à Mot

Jean Pierre Brice Olivier

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Précédemment :

Pour que le monde ait la vie

Des brebis sans berger

Dieu n'a pas fait la mort

et autres articles…

28ème Dimanche du Temps Ordinaire
Année B


Va, viens, suis-moi

Marc 10, 17-30

Va, vends, donne, viens, suis-moi… Aller et venir, partir et quitter, suivre et avancer. Marcher… La foi au Dieu de l’évangile est chemin et pérégrination. Nous ne défendons pas des idées, nous n’obéissons pas à des lois, nous n’appartenons pas à un système, nous n’adhérons pas à une morale, nous ne maintenons pas des rites. Non ! Simplement, nous marchons dans la compagnie de Dieu et la conversation de l’Esprit, une main dans la main du Christ et nos pas dans les siens. Ce que – peut-être – nous avons observé dès notre jeunesse n’a de sens que si nous ne le détenons pas. Surtout pas de bonne conscience. Face à la perfection issue de l’observance de la Loi, Jésus, sous les yeux de l’homme qui a de grands biens, dépose l’amour, rien d’autre.

Va, débarrasse-toi de ce qui te possède, abandonne ce qui te trompe et t’abuse, libère-toi de ce qui t’accapare. Quitte ta tristesse. Dégage-toi aussi de ton "bien" pour venir à moi.

Apprends à être pour vivre. Sois-toi seulement, sans rien, avec moi, dans cette pauvreté de toi que je veux habiter. Sois-toi, suis-moi. Prends tous les risques de la rencontre, sans rien saisir, jamais ; étreins ta vie avec ardeur, sans rien posséder, jamais ; va jusqu’au bout, toujours, je suis avec toi, à jamais.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j'ai dit : "Voici, je viens", chante le psalmiste (Psaume 39, 7-8). L’unique réponse vraie de l’homme au "Je Suis" de Dieu ne peut-être que dans ce mouvement libre : "Me voici, je viens". Élan de rencontre, d’échange et d’amour. Dieu "Je Suis", Celui qui est, qui était et qui vient (Apocalypse 1, 8), Lui-même toujours en train de venir. L’univers est effervescence, l’esprit est tourbillon, la vie est mouvement. Le fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête (Luc 9, 58), sans cesse en marche sur tous les chemins. Pour l’arrêter, le monde l’a cloué, la mort est immobile.

Comme il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. Entrer, aller vers l’inconnu. Prendre la décision de cet acte, et pour cela, lâcher tout et passer la porte étroite. Se déterminer entre le mouvement et l’inertie, l’ardeur et la torpeur, l’enthousiasme et la léthargie. S’aventurer ou se figer. Choisir entre la vie et la mort, servir ou écraser, parler ou se taire, se risquer ou se cacher.

S’engager pour le Royaume, y entrer nu sous le regard en soi-même de la parole vivante, celle qui évalue les pensées du cœur (Hébreux 4, 12-13).

Pour les hommes, c’est impossible, mais pour ceux qui marchent avec Dieu, tout est possible.

Jean Pierre Brice Olivier 10 18

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).