à Propos


Philippe Lefebvre

 

Dans la même série

On regarde les gens vm

On en pense quelque chose vm

Colère ou gentillesse… pl

Tort — tors — tordre — tortueux… jpbo

L’abus d’alcool…… Fumer tue! jpbo

 

Du même auteur

Vu du couvent n°3. Mme Chenil 11 06

Vu du couvent n°2 Le journaliste 11 06

Vue du couvent n°1 Cénobie 11 06

Colère ou gentillesse 03 06

Le messie métisse 10 07

SUITE…

 

 

Vu du couvent n°4
Olympia

Un remous dans les corridors, le bruit de pas d'une petite cohorte, un rire distingué. Elle arrive. Dans la salle de cours, le silence se fait ; les étudiants du mercredi se figent en quelques secondes, comme si des dieux archers les avaient atteints de leurs flèches invisibles.

Olympia fait son entrée. Elle est accompagnée des professeurs avec qui elle anime son célèbre séminaire pluri-disciplinaire. Elle est vêtue d'un tailleur de laine rouge avec un étonnant liseré bleu marine —une création de couturier. Au revers gauche de la veste, une broche d'or : la louve romaine stylisée, dont les yeux sont figurés par deux minuscules rubis ; ils scintillent dès qu'Olympia bouge.

Olympia s'installe, décidée et un peu nonchalante, semblant penser à autre chose et extrêmement attentive. "C'est très peu aéré, ici. François…" Et François, un doctorant prometteur, a déjà bondi : la fenêtre est ouverte —"celle qui ne donne pas sur la rue, s'il vous plaît". Des rayons de soleil entrent et zèbrent le tailleur rouge d'Olympia. Ses collègues ont pris place autour d'elle. Les tables sont disposées comme d'habitude en carré. Olympia et les siens sont sur un côté de ce carré. De part et d'autre, sont assis des enseignants de moindre rang : maîtres de conférence, chargés de cours à la carrière pleine d'avenir. Puis, après ces demi-dieux, se tiennent les doctorants et les étudiants avancés qui feront un jour une thèse sous la direction d'Olympia ou d'un des collègues qui l'entourent. Viennent enfin toutes sortes d'étudiants, tassés sur le côté du carré qui fait face à Olympia. Comme on manque toujours un peu de place (il y a aussi quelques retraités qui viennent assister au séminaire), ils forment un peloton sur deux on trois rangées, ceux qui n'ont pas la chance d'avoir une table écrivant sur leurs genoux. Olympia a directement la vue sur cette masse : sûre de ses proches, sûre des ailes latérales, elle scrute durant tout le cours cette humanité placée sous ses regards, dans laquelle elle doit opérer des discernements.

Olympia commence par quelques nouvelles. Elle accueille un professeur invité de St-Pétersbourg, qui a fait la grande entrée tout à l'heure avec elle. Elle lui dit quelques mots en russe, et ce doit être une plaisanterie car l'invité rit élégamment. Olympia en son temps a fait du slavon afin de déchiffrer des manuscrits utiles à ses travaux, elle en a profité pour apprendre le russe puisque toute la bibliographie sur ces manuscrits est écrite en cette langue. Olympia aborde maintenant le sujet du jour, indiquant avec une gourmandise un peu lasse les ouvrages essentiels, en cinq langues, qu'elle discutera.

Parmi la piétaille où virevoltent les scintillements de la broche or et rubis, un étudiant n'a pas compris un nom et interroge son voisin à voix basse : qui est ce Gadamer dont elle a parlé et comment s'écrit son dernier livre qu'elle a cité ? Olympia l'a vu, le regard de la louve projette sur cet étudiant deux impacts rouges. "Un problème ?" demande-t-elle. L'étudiant s'aperçoit qu'il est visé : le rouge qui l'a atteint lui monte au visage. Cependant il répond clairement, dit exactement ce qui lui manque. Olympia le terrasse d'un mot, elle fait rire à ses dépens : une broutille bien sûr, pas de quoi s'en offusquer, mais dans ce monde académique, une mise à mort sanglante. Cela prendra du temps pour cet étudiant, si vraiment il veut continuer, de rentrer dans les bonnes grâces de la Bonne Mère Olympia.

Après ce sacrifice sanglant d'un jeune mâle, Olympia, entourée de ses cercles de dieux et de génies, Olympia à la louve clairvoyante, poursuit son séminaire dont le titre cette année est : "Sortir de la pensée mythique".

Philippe Lefebvre 03 07

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :