à Propos


Viviane de Montalembert

Dans la même série

"Juste-parmi-les-nations" vm 01 07

Fantômette à l'Élysée vm 10 06

Caricaturer Dieu pl 02 06

"Discours" chrétien et parole de Dieu pl 02 06

Réflexions sur… Mgr Tony Anatrella pl 01 06

Du même auteur

La compassion, un mystère 02 08

L'encyclique "Spe salvi" vm 12 07

La Ste Trinité, un mystère à pratiquer vm 06 07

Je ne me tairai pas vm 01 07

On regarde les gens vm 09 06

On en pense quelque chose vm 03 06

SUITE… 

  
Ils sont vides

Les manipulateurs sont de pauvres gens. Ils sont vides. C'est en cela qu'ils font pitié. Et cette pitié qu'ils nous inspirent longtemps leur sert à nous mener par le bout du nez. On voudrait leur faire du bien, leur donner ce dont ils manquent, puisqu'ils le réclament : "Ah ! toi qui es intelligent… toi qui as la foi… toi qui as réussi… toi qui es si belle… tu dois m'aider !" Le manipulateur est un jaloux.

Le manipulateur n'a pas de sexe. "…teur" ou "…trice", la différence sexuelle ne le concerne qu'à hauteur des moyens dont il dispose pour s'assurer quelque pouvoir. Selon les sociétés et les cultures, féminin et masculin se distribuent les rôles et usent chacun des armes mises à sa portée.

Le manipulateur est un joueur et un jouisseur. Au-delà de tout profit déclaré, c'est le pouvoir qui l'intéresse, à l'état pur. Sans compromission avec une quelconque efficacité réelle. Le pouvoir est pour lui un sport, et un art, qui exige d'avancer masqué. Sa jouissance n'est que pour lui seul, il ne veut pas être vu. Il se moque.

Son terrain est secret, c'est un combat caché. Le manipulateur vise dans la personne ce qui la constitue. Il exige d'investir l'espace du dialogue entre soi et soi, entre soi et Dieu. Il crée la fascination, il obnubile. Il interdit de penser autre que ce qu'il dicte. C'est contre Dieu qu'il se bat. "Dans son cœur le fou déclare : Pas de Dieu !"1, pas d'existence personnelle, pas de personne réelle.

Le mythe est son milieu naturel, la généralité, le faux-semblant. C'est un illusionniste. Inquiet de son pouvoir, il lui faut sans cesse le démontrer. Il se peut qu'un jour comprenant l'enjeu enfin vous lui échappiez. Aussitôt il se met à trembler. À croire que vous voulez le tuer. Sa démence meurtrière à son tour le trompe et le trahit. Le manipulateur — il ou elle — à cet instant peut devenir dangereux. Selon son tempérament et les atouts dont il dispose. À la mesure du préjudice infligé à son image par votre soudaine liberté.

Mis en demeure d'admettre qu'il a en face de lui quelqu'un, il est probable qu'il ne le supportera pas et s'enfuira vers d'autres proies. Mais l'épreuve aura eu lieu, il ne pourra l'oublier.

"Aimer le prochain comme soi-même"2 est à ce prix. La véritable compassion envers les manipulateurs consiste, inlassablement, à leur faire faire cette expérience d'un Autre en face d'eux, qui échappe à leurs prises. Afin qu'un jour peut-être ils puissent, bon gré mal gré, entrer dans cet univers personnel qu'on nomme le ciel, dont ils n'ont pas voulu.

C'est cela le témoignage chrétien, il n'y en a pas d'autre. Tous, nous y sommes invités.
Viviane de Montalembert 09 05
 
 
1. Psaume 10, verset 1
2. Évangile de Marc, chapître 12, verset 33

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :