à Propos


Philippe Lefebvre


Dans la même série

Le serviteur et le peuple pl

Les Saints Jours jpbo

Convertissez-vous et croyez… jpbo

Poussière et cendres vm

 

Du même auteur

Annonciation. Dans la chair d'une femme, l'empreinte du Fils 12 08

Consécration 12 08

Le Fils dans la nuée 05 08

Trois regards sur le nom de Jésus 01 08

Le messie métisse 10 07

SUITE…

Samedi saint
Les chemins cachés de la vie

LE SAMEDI SAINT EST UN JOUR DE SILENCE et de calme. Selon la tradition de l'Église que le credo rend explicite, le Christ descend aux enfers, c'est-à-dire aux lieux souterrains où reposent tous ceux qui sont morts avant lui ; il les visite et fait déjà briller pour eux la lumière de sa résurrection. Le Christ travaille secrètement, souterrainement. Quand il apparaîtra vivant aux femmes, puis aux disciples, au matin de Pâques, c'est en homme qui n'a laissé aucun lieu de la réalité vide de sa présence.

Envisager cette activité cachée du Christ n'est pas une invention chrétienne, jolie mais sans fondement réel. Depuis toujours la Bible suggère ces moments d'apparente vacuité dans la vie d'hommes ou de femmes de Dieu qui sont en fait des temps d'intense activité. Cette activité se fait au dedans de la chair dans laquelle Dieu fait son chemin et s'installe pour la renouveler.

Beaucoup de passages dès l'Ancien Testament seraient à citer, et l'on pourrait y parler d'une "spiritualité du samedi saint" avant la lettre. Il m'a semblé que des femmes sont les meilleures témoins de ce type d'état : rien ne semblait se passer pour elles, mais voici un jour qu'elles parlent et agissent de telle manière qu'on doit supposer rétrospectivement tout un travail souterrain. Voici un exemple : Rachel.

Il faudrait relire toute l'histoire de Rachel l'épouse bien aimée de Jacob dans la Genèse (Genèse 29-35). D'abord on n'entend d'elle aucune parole. On apprend qu'elle est stérile tandis que sa sœur Léa met au monde des enfants. Un jour, elle dit son tourment à Jacob : "Donne-moi des fils sinon je meurs". Jacob lui répond en la renvoyant à Dieu (Genèse 30, 1-2). Et rien n'est plus comme avant ; ce n'est pas que la stérilité est guérie ni que Rachel trouve tout de suite les bonnes solutions, mais elle n'est plus une femme silencieuse. Elle parle, elle agit, elle milite. Et puis "Dieu se souvint de Rachel, Dieu l'exauça et ouvrit son sein. Elle conçu et enfanta un fils. Elle dit : “Dieu a enlevé ma honte” ; et elle l'appela du nom de Joseph, en disant : “Que le Seigneur m'ajoute (yoseph en hébreu) un autre fils”" (Genèse 30, 22-24).

Par ces mots si brefs, Rachel exprime beaucoup et suggère qu'elle a vécue pendant des années une profonde expérience de Dieu. Elle affirme que c'est Dieu qui enlève la honte d'une femme, qu'il prend son parti publiquement. Élisabeth la stérile reprend exactement ce mot de Rachel quand elle se sait enceinte de Jean-Baptiste (cf Luc 1, 25). Et puis Rachel nous révèle que le Dieu qui donne la vie là où elle était impossible la donnera encore. En enfantant ce fils qui lui naît enfin, Rachel voit en lui la prophétie d'un fils à venir. Un fils en amène un autre. C'est une des dynamiques essentielles de la Bible.

Quand Jésus est en croix, il y a des femmes à ses pieds et parmi elles Marie, sa mère. Il lui dit : "Femme, voici ton fils" et au disciple bien aimé qui se trouve là il dit "Voici ta mère" (Jean 19, 25-27). Un fils en amène un autre. Aux yeux du monde Marie perd son fils unique. Dans la lumière de Dieu, elle en acquiert deux en ce jour : Jésus qui passe au Père et le disciple qu'elle va conduire sur le chemin des fils du Père. Le regard "officiel" sur Marie à la croix voit une femme éplorée et abandonnée, le regard qui suit le chemin souterrain de Dieu dans la chair voit une femme à qui le Seigneur "ajoute un autre fils".

Ainsi naît le peuple de Dieu : le Fils amène un à un des fils nouveaux à la vie du Père ; des femmes, avec Marie et comme elle, reconnaissent et déploient ces vies ignorées aux regards humains et qui sont pourtant en train de prendre leur essor.

Philippe Lefebvre 03.08
* Ce texte est également édité, en version abrégée et légèrement modifiée, sur le site dominicain : http://www.retraitedanslaville.org/

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :