À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Reconnaissances philosophiques, de Jean-Louis Chrétien

Guérir la vie. La passion d'Antonin Artaud, de Jacob Rogozinski

L'écriture du réel. Pour une philosophie du sujet, de Gérald Moralès

Les personnes : Essai sur la différence entre "quelque chose" et "quelqu'un", de Robert Spaemann 

Morale et Chaos, de Pierre Caye

SUITE…


Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie

La connaissance de l'amour

 de Martha C. Nussbaum

 

Il est certains sujets pour lesquels la quête de la connaissance ne peut se passer de la littérature : quand il s’agit de réfléchir sur ce qu’est la vie bonne pour un être humain, sur ce que les émotions – et l’amour tout particulièrement – peuvent avoir de déconcertant et d’éclairant, la philosophie ne peut se satisfaire d’un style plat et analytique. Elle doit se mettre à l’école d’une forme littéraire qui cherche à capturer, dans son mouvement même, la surprise, la confusion, l’illumination propre à une vie humaine et à la richesse des sentiments qui y trouvent place.

Dans "La Connaissance de l’amour", Martha Nussbaum entreprend ainsi un double exercice : d’abord, il s’agit pour elle de défendre une thèse de philosophie morale. Une thèse qui insiste sur la complexité irréductible des situations, sur l’importance des choses et des êtres particuliers, irremplaçables, sur le fait que la vie humaine bonne n’est ni réductible à un critère unique du bien, ni exempte de vulnérabilité et de conflits. La "connaissance de l’amour" consiste à la fois à tenter de comprendre quelle place occupe l’amour dans une vie humaine accomplie, mais également à être attentif à l’enseignement propre de l’amour, parce qu’il est sensible à ce que les choses et les êtres ont d’irréductiblement singulier.
Mais il s’agit, ensuite, de mettre en œuvre cette conviction sur l’importance du style pour la connaissance philosophique : au fil de ces essais, qui interrogent successivement les œuvres de Platon et d’Aristote, les romans de Henry James, de Proust ou encore de Beckett, se dessine une philosophie attentive à la narration, à la pluralité des voix qui se font jour dans les textes.
Renaud Escande 01 11
L’auteur :

Professeur de philosophie à l’Université de Chicago, Maretha Nussbaum est auteur de nombreux ouvrages majeurs dans le champ de la philosophie morale et politique.

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).