À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Reconnaissances philosophiques, de Jean-Louis Chrétien

Guérir la vie. La passion d'Antonin Artaud, de Jacob Rogozinski

L'écriture du réel. Pour une philosophie du sujet, de Gérald Moralès

Les personnes : Essai sur la différence entre "quelque chose" et "quelqu'un", de Robert Spaemann 

Morale et Chaos, de Pierre Caye

SUITE…


Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

 

Philosophie

Jalons

 

La publication en mars 1909 du recueil d’articles Vekhi (Les Jalons) fit l’effet d’une bombe en Russie. Vekhi devint immédiatement un bestseller. L’initiative du recueil revenait à l’historien de la littérature Mikhaïl Gershenzon, qui à dessein n’avait montré à aucun des auteurs les articles des six autres co-auteurs avant la publication. Les auteurs de Vekhi avaient été des personnalités en vue de l’intelligentsia radicale dont le procès était fait tout au long des pages de ce brûlot. Serguei Boulgakov avait été marxiste militant, Piotr Struve avait été l’un des gourous du socialisme russe avant de devenir un des fondateurs du parti cadet (constitutionnel-démocrate), Nicolas Berdiaev avait connu la prison et l’exil pour ses convictions socialistes. La plupart des auteurs de Vekhi présentaient d’ailleurs un parcours similaire : ils furent un temps les adeptes du marxisme légal car ils voyaient dans l’industrialisation capitaliste de la Russie agraire une première étape de sa modernisation. Puis ils s’étaient intéressés à la philosophie religieuse, évolution qui s’était traduite par la publication en 1902 d’un recueil intitulé Les problèmes de l’idéalisme, annonçant déjà certains thèmes de Vekhi, mais passé largement inaperçu à l’époque. Dès 1903 Struve mettant en garde contre les effets désastreux d’une révolution violente en Russie et plaidait pour une évolution politique et sociale à l’européenne. En 1918 les mêmes auteurs dénonceront vigoureusement le bolchevisme dans un recueil intitulé De profundis, qui paraîtra en 1921. Ils seront expulsés par Lénine en 1922 ou partiront en exil (dans le cas d’Alexandre Izgoiev, après un séjour dans les camps, dans celui de Berdiaev, après deux arrestations).
Renaud Escande 01 11
L’ouvrage est préfacé par Françoise Thom et postfacé par S. Courtois.

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).