À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Conférences de Tokyo,Marin Heidegger et la pensée bouddhique, Frabrice Midal

Le consentement meurtrier, Marc Crépon

Regard Parole Espoir, Henri Maldiney

Les larmes d'Augustin, Gisèle Mathieu-Castellani

SUITE…

 

Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie

 

Le "comme si"

Christophe Bouriau
 
Cet ouvrage se propose de discuter une série de paradoxes qui sont tous liés à l’usage de fictions et d'indiquer une direction philosophique pour leur résolution. Dans l’expérience esthétique, nous éprouvons des émotions au sujet de personnages que nous savons fictionnels. Mais ne faut-il croire que quelque chose est réellement arrivé à une personne pour que cela nous émeuve ? On trouve un paradoxe du même type dans l’expérience religieuse de certains chrétiens : ils disent être émus par Jésus et par ses paroles sans pourtant penser qu'il est réellement le Fils de Dieu. Un autre paradoxe, lié lui aussi à l’usage de fictions, concerne la théorie de la connaissance : comment parvenons-nous à atteindre des résultats corrects tout en utilisant des fictions dans nos raisonnements ? J’entends manifester la pertinence du « faire comme si », attitude thématisée la première fois par Kant, et développée en détail par le néokantien Hans Vaihinger dans sa Philosophie du comme si (1911), pour élucider ce type de paradoxes. L’ « approche par le comme si » de Vaihinger, dont je manifeste les sources et la postérité, établit une médiation entre certains aspects de la philosophie de Kant et certains courants actuels de la philosophie analytique, qu’on regroupe sous le nom de « fictionalisme ».
 
Renaud Escande 02 13
 
* Aux Éditions du Cerf, coll. Passages.

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :