À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Tu ne tueras point, C. Pelluchon

Le "comme si", C. Bouriau

Intelligence du corps, I. Auriol

Moïse et l'idée de peuple, B. Karsenti

Aîtres de la lange et demeures de la pensée, H. Maldiney

SUITE…


Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie


Le bruit du sensible

Jocelyn Benoist


Qu’est-ce que la perception ? Et par elle, que nous disent les sens du monde, de l’autre et de nous-même ?
Rien ! nous apprend Jocelyn Benoist.

Les sens sont muets. Ils n’ont rien à nous dire !
En revanche, il est essentiel que nous puissions en parler. Mais c’est nous qui parlons, et non eux.

Et si, voulant faire droit à la réalité de notre expérience sensible, nous commencions par renoncer à la traiter d’abord comme un discours ?
Or le mutisme des sens, qui ne parlent pas, demeure traversé de bruits.

J. Benoist, envers et contre un certain traitement philosophique de la perception, qui la confond avec la connaissance que nous pouvons en tirer ou le sens que nous pouvons lui donner, nous invite à écouter en elle le bruissement du sensible. Selon lui, pour rendre celui-ci pleinement audible, il faut congédier ce que la philosophie aujourd’hui appelle « le problème de la perception » et, peut-être, renoncer au concept même de « perception » tel que nous l’héritons de la philosophie moderne, au profit d’une enquête sur la texture réelle et poétique du sensible.

Renaud Escande 10 13
* Aux Éditions du Cerf, Coll. Passages

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :