À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Tu ne tueras point, C. Pelluchon

Le "comme si", C. Bouriau

Intelligence du corps, I. Auriol

Moïse et l'idée de peuple, B. Karsenti

Aîtres de la lange et demeures de la pensée, H. Maldiney

SUITE…


Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie


Au commencement

Jérôme de Gramont


Au commencement, qu’y a-t-il que nous sachions en retour nommer et décrire ? Toute pensée prend élan dans un « il y a » qui la devance, à condition de montrer le chemin qui y mène, et ce chemin pourrait bien être pluriel. Nous voudrions un premier mot, et ce sont trois chemins qu’il faut suivre : Parole Regard Affect. Il y a ce que le mot appelle et rend présent. Il y a ce qui vient au regard comme image, première levée de la présence. Il y a ce qui se rend présent dans l’affect au point que celui-ci pourrait bien constituer le « y » de tout « il y a ». Au commencement il y a ce qui se donne au regard, grâce à la parole, dans l’affect. Cela vaut de la plus simple expérience, mais combien plus lorsque la parole est celle des poètes, lorsque l’image qui soulève le regard est tableau, ou lorsque notre histoire affective se ramasse dans le paradoxe d’une souffrance (primitive) qui se retourne en joie (toujours possible).

Renaud Escande 10 13
* Aux Éditions du Cerf, Coll. La Nuit surveillée.

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :