À Propos

Jean Pierre Brice Olivier

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Du même auteur

 

SUITE


Dans la même série

Paroles de l'extrême Mt 26, 14-25 pl

Beaucoup d'appelés et peu d'élus Mt 22 1-14 jpbo

Théologie

Chaire de vérité, la chair1

La vérité germera de la terre2, professe le psalmiste. À l’inverse de ce que pense la plupart des gens, elle ne tombe pas du ciel comme un savoir absolu, fixé, définitif. Bien sûr, il est question ici du Christ dans son incarnation, mais la vérité est aussi contenue dans la chair germée de la terre de tous ceux qui lui sont identifiés.

Jamais extérieure à soi, intraitable et entière, elle ne connaît pas l’artifice ni la dissimulation ni la nuance. La vérité participe du vivant, appartient à la chair. Toujours exposée, toujours nue, elle est aussi toujours établie dans une rencontre, en relation avec un autre. Face à face qui oblige de la choisir ou de la nier. Pas de demi-mesure. Le monde préfère mensonge, flou, compromis. Il transige, veut confondre sincère et authentique, leurre et réalité, tromperie et trahison. Qu’est ce que la vérité ?3 demande Pilate, ceux qui s’en lavent les mains ne peuvent pas la connaître, ni la reconnaître.

La vérité vous fera libres4. Elle n’est pas affaire de slogans ou discours établis auxquels il suffirait d’adhérer pour gagner la liberté. Même une parole ne délivre pas, seul celui qui la prononce peut m’affranchir. Vérité, là, présence réelle. Si le fils vous libère, vous serez vraiment libres5. C’est purement dans un lien délié entre deux êtres que liberté et vérité prennent sens, elles ne se laissent pas saisir, elles se reçoivent de personne à personne. On ne peut être qu’un témoin de la vérité, même de celle de soi. Quand il garantit la liberté, Jésus annonce ce qui n’est jamais exprimé ailleurs. Dieu fait l’homme souverain, à son image, totalement unique, distinct de Lui, séparé de tous. Il désire une personne qui ne ressemble à aucune autre. Quelqu’un ! Libre de tout : du monde, des autres, de la religion, de ses origines, de ses héritages multiples, de son histoire. Libre aussi de Dieu. Un homme dans sa solitude sublime, hors de tout jugement, inatteignable, qui cultive son unicité, va à la conquête de lui-même, s’y jette comme en haute mer, sonde ses profondeurs.

Amour et vérité se rencontrent6, l’un avec l’autre, inséparables. L’un comme l’autre ne s’assène pas mais se dévoile en tremblant, dans le risque toujours d’être mis en croix.

Exploration incessante qui fonde mes relations, peine constante qui ancre ma parole, pour n’être pas un instrument faussé qui résonne seulement du murmure de la rumeur.

Prêcheur, je fais profession de vérité, caractère qui m’ordonne d’être un homme, sceau qui me prescrit d’être homme de parole.

JeanPierreBrice Olivier 02 14

 

1. Ce témoignage a été publié dans la revue "Amitiés dominicaines", Pâques 2014, n° 62.
2. Ps 84, 12
3. Jn 18, 38
4. Jn 8, 32
5. Jn 8, 36
6. Ps 84, 11

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :