Bouch'Bée


Renaud Escande

Dans la même série

Big bang, exposition au Centre Pompidou jpbo 09 06

Une faim de loup, livre d'Anne-Marie Garat pl 09 05

L'échiquier du mal, livre de Dan Simmons pl 09 05 

Du même auteur

Marie-Madeleine H.D. livre de Lacordaire 09 05

Sur les chemins de Damas, livre de Pierre Bordage 09 05

SUITE… 

 

 


KUPKA et le Cantique des Cantiques

Une exposition au Musée d'Histoire du Judaïsme, à Paris.


Le plus beau des cantiques fut, de 1905 à 1931, au coeur des préoccupations de Kupka. Né en 1871 dans la Bohème orientale, Tchèque et Juif, Kupka arriva en France en 1896. Anarchiste, symboliste, érudit, il participa à sa manière au renouveau artistique de la Belle Epoque. Longtemps le Cantique fut un lieu d'élection pour l'artiste, sans cesse il y revint, le méditant, le commentant, le carressant toujours.

Ce n'est, à proprement parlé, pas un travail d'illustration, encore moins une oeuvre décorative. Ici, l'image prend son envol de la lettre du texte et y revient sans cesse en un subtil échange, un amoureux commerce. Et cela d'autant plus lorsque l'artiste choisit la lettre hébraïque plutôt que sa traduction pâle. Toute la page est calligraphiée et voulue ainsi. Chaque élément répondant à l'autre et renvoyant au tout. Kupka retrouve ici la grande tradition du livre d'art qu'avec lui les artistes du début du XX° siècle (Morris, Pissaro, Rouault et d'autres) portèrent à sa perfection.

La surface est pleine, on voudrait presque qu'elle déborde. Les décors, qui n'en sont pas tant le moindre trait semble symbole et voile à peine l'essentiel, tapissent le fond et tressent des mosaïques aux gammes chromatiques restreintes et harmonieuses. Et partout "L'aimée", présente même dans son absence, dans les volutes arborées, au milieu des biches sous la lune, parmi les fleurs d'un exotique Orient. "L'aimée", toujours, d'une morbidesse alanguie sur les coussins de pourpre, ou dansant avec la cithare et la lyre, fragile dans sa nudité de lait. C'est, continuée, l'ambiance toute particulière, teintée d'un érotisme délicat, propre à l'art de Klimt. J'ai, pour ma part, été séduit par la série des dessins préparatoires réalisés entre 1905 et 1909. Là, le trait hésite, doute, la forme cherche l'issue d'elle-même dans ces suspends, ces répétitions et ces choix. Une leçon de dessin.

Renaud Escande 10 05

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).