Mot à Mot


Jean Pierre Brice Olivier

Dans la même série

Le fils prodigue et son frère Lc 15 pl

Des paraboles pour dire du neuf Lc 15,1-10 pl

Le preux Samaritain Lc 17,11-19 jpbo

L'onction de Béthanie Jn 12, 1-3 vm

Craquements et mutation Lc 21, 5-19 pl

Jour de fouette Jn 2, 13-16 pl

 

Du même auteur

Le preux Samaritain Lc 17,11-19 jpbo

Qui m'a établi juge ? Lc 12, 13-21 jpbo

L'héritier de la vigne Mc 12, 1-12 jpbo

De quoi discutiez-vous ? Mc 9, 30-37 jpbo

Noël : "Prenez et mangez Lc 2, 1-14 jpbo

 

SUITE… 

 

 

 


5ème dimanche du Temps Ordinaire
Coup de filet
Luc 5, 1-11
  

Sans nous laisser éblouir par le seul miracle de la pêche, sans nous laisser arrêter par l’image d’hommes capturés en masse comme des poissons dans un filet, suivons pas à pas le texte tel qu’il nous est donné. La foule se presse autour de Jésus pour entendre la parole de Dieu.
 
Il est donc avant tout question de parole et d’écoute. S’adressant à un grand nombre, Jésus s’organise pour qu’il puisse l’entendre. En s’éloignant du rivage pour enseigner depuis une barque, il prend le recul nécessaire pour que sa voix porte. D’abord la parole. Comme au commencement est le Verbe.
 
Jésus entame son ministère. Début. Il enseigne. Des hommes entendent. La parole crée. Ici elle fait exister le royaume. Avènement. Quand il a fini de parler à la foule, Jésus s’adresse à Simon. Il lui ordonne d’aller au large et de jeter les filets. Le signe poursuit la parole, comme un accomplissement. Ils avaient en vain, travaillé toute la nuit. Le poisson n’était pas là. “Sur ta parole, je vais jeter les filets.” Sur ta parole, encore. Au commencement le Verbe prononce et ce qu’il dit existe. Tout est créé par Lui.
 
Qu’est-ce qui a attiré le poisson ? Serait-il venu lui aussi pour entendre la parole ? Le lien est clair entre la foule qui se presse et l’énorme quantité de poissons. Les filets craquent. Pourquoi se déchirent-ils ? Pour que ceux qui le veulent puissent encore s’échapper ! Il ne s’agit pas d’un piège. Ils sont venus d’eux-mêmes. La frayeur a saisi Simon. Dans l’évangile la peur talonnera Pierre jusqu’à la fin.
 
À la création le Verbe sépare : la lumière des ténèbres, les eaux d’en-haut des eaux d’en-bas, la terre des eaux… Ici aussi la parole sépare. Elle fait la vérité. Simon-Pierre demande à Jésus de s’éloigner de lui parce qu’il est un homme pécheur. L’effroi saisit aussi ses compagnons. L’effroi devant la puissance de la parole et ce qu’elle produit. Elle opère un discernement. Elle distingue entre ceux qui l’accueillent et ceux qui la refusent. Le Verbe sépare. Chacun se détermine dans sa souveraine liberté. Qu’advient-il de ces poissons ? Le signe prophétique de cette glorieuse pêche est une image du royaume ici et maintenant. Toutes sortes de poissons sont attirés pour de multiples raisons.
 
Jésus emploiera d’autres images pour nous dire cette même réalité : troupeau, blé et ivraie dans un même champs, moisson… Ces images disent la multitude, l’abondance, la récolte, mais aussi ce mélange qui devra être trier et séparé au dernier jour. “Désormais ce sont des hommes que tu prendras.” La parole toujours, l’appel des premiers disciples. “Laissant tout, ils le suivirent.” Commencement.
 
De ces foules, hommes d’un instant, qui ont écouté et suivi le Christ, combien seront à la croix ? Parmi tous ceux-là aujourd’hui, dans ce récit, un seul semble-t-il ! Les autres se sauveront pour être saufs… erreur de salut. Après la résurrection ils seront quelques-uns en plus.

Tout nous échappe, rien ne nous appartient. Le royaume est là, la parole continue son œuvre de création, à nous avec le Christ de lui donner corps.

Jean Pierre Brice Olivier 02 07

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :