Mot à Mot


Jean Pierre Brice Olivier

Dans la même série

Beaucoup d'appelés et peu d'élus Mt 22 1-14 jpbo

Sages, ou folles ? À voir Mt 25, 1-13 vm

Venez, les bénis Mt 25, 31-46 pl

Paroles de l'extrême Mt 26, 14-25 pl

La Passion du Christ Mt 26, 14-27, 66 pl

Du même auteur

 

Le Samaritain Lc 10, 25-37 jpbo

Qui m'a établi juge ? Lc 12, 13-21 jpbo

Aimez-vous Jn 15, 9-17 jpbo

 

SUITE… 

 


Le Samaritain

Luc 10, 25-37

“UN DOCTEUR DE LA LOI SE LEVA et dit à Jésus, pour l'éprouver : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Jésus lui dit : Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ?Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ? Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un prêtre, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même.”
Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho… Jérusalem est le lieu du Temple, de Dieu, de sa Présence. Un homme quitte Jérusalem, il s’éloigne de Dieu… Il descend ! Fatalement, il tombe aux mains des brigands, des sans-dieu. Il s’éloigne du vivant, de la source de vie, loin de la bénédiction de Dieu, il est à demi mort, forcément. Le prêtre et le lévite le voient et passent outre… Le but n’est pas de dénoncer leur comportement. L’évangile ne fait pas la morale et Jésus encore moins. Les prédicateurs, hélas s’en chargent ! Il s’agit pour Jésus de répondre à la question du légiste : qui est mon prochain ? Or, le prêtre et le lévite — même s’ils ont un devoir de charité — ne peuvent se faire le prochain de celui qui s’éloigne de Dieu. Ils ne sont plus concernés ! Cela déborde leur compétence. Le prêtre et le lévite respectent la décision de cet homme qui doit assumer les conséquences de son choix.
Et c’est logique qu’un hérétique (un samaritain) soit touché par cette situation. Seul quelqu’un “qui n’adore pas à Jérusalem” peut être proche de ce blessé. Ému de compassion le samaritain se reconnaît dans l’éloigné de Jérusalem et le secourt. Celui qui a compassion se sent proche, de la même famille, du même bois, dans la même galère… Il devient le prochain, le frère.
Dans cette parabole c’est l’étranger, l’hérétique qui ramène l’homme à la vie — à Dieu — et non le prêtre ni le lévite ! La connaissance et l’expérience de notre propre humanité, de ce que nous sommes profondément nous conduit — assez naturellement — à nous faire le prochain de ceux qui nous ressemblent, ou auxquels nous ressemblons. Lequel s’est fait le prochain ? Celui qui a exercé la miséricorde…
Le texte passe de la compassion à la miséricorde. Il y a un pas de plus, le samaritain sort du sentiment, de l’émotion, pour s’engager dans un acte délibéré à long terme. L’homme qui vient de Jérusalem, en réalité n’est pas de sa race, au sens ethnique. Cependant le samaritain s’engage pour sauver sa vie et ce faisant, il exerce la miséricorde. La compassion est instinctive, un sentiment, tandis que la miséricorde est un engagement volontaire pour la vie et le salut de l’autre. La compassion me fait proche de ceux qui me sont proches. La miséricorde me fait prochain de ceux qui sont sans prochain. Exercer la miséricorde, c’est vouloir me faire proche du plus éloigné de moi, de Dieu, de l’église, de ma race, de ma religion… La miséricorde n’est pas une émotion ni un trait de caractère, mais un engagement voulu, choisi, délibéré envers les hommes, pour leur vie.
Jean Pierre Brice Olivier 10 05

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :