Mot à Mot

 

 


Jean Pierre Brice Olivier

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Dans la même série

Bienheureux ceux qui… Mt 21, 28-32 jpbo

Beaucoup d'appelés et peu d'élus Mt 22 1-14 jpbo

 

Du même auteur

Prière, aumône et jeûne… 02 08

Convertissez-vous et croyez à l’évangile 02 08

 

SUITE

 

 28ème samedi du Temps Ordinaire
Ma parole pour la Parole
Luc 12, 8-12
"Je vous le dis, quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme aussi se déclarera pour lui devant les anges de Dieu ; mais celui qui m'aura renié à la face des hommes sera renié à la face des anges de Dieu.
Et quiconque dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera remis, mais à qui aura blasphémé contre le Saint Esprit, cela ne sera pas remis.

Lorsqu'on vous conduira devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne cherchez pas avec inquiétude comment vous défendre ou que dire, car le Saint Esprit vous enseignera à cette heure même ce qu'il faut dire."
 
L’évangile de ce jour est difficile, parce qu’il est absolu. Il ne tolère pas le compromis, l’indifférent, l’approximatif.

Ce texte est radical parce qu’il est une parole, qui de plus parle de la parole.

Dans tout ce passage, il est question de parler : se prononcer, renier, dire une parole contre le Fils de l’homme, blasphémer contre l’Esprit, parler devant les tribunaux…

Jésus nous place devant le statut du dire.

Que sont nos mots, nos discours ? Nos propos sont-ils pour nous insignifiants et vains ?

Parler, ce n’est pas rien. Dire sans écart avec le vrai, parler sans tordre, dire sans hiatus avec soi, parler sans gauchir.

Nous sommes engagés totalement dans ce que nous disons, liés par notre parole.

Se prononcer pour quelqu’un ou bien le renier, c’est assurément se déterminer, choisir d’être pour ou contre.

Notre parole est définitive. Surtout quand elle concerne Dieu et son Verbe.

Celui qui se prononce pour moi, une autre traduction possible est : "Je vous le dis, quiconque se reconnaît en moi devant les gens, le Fils de l’homme se reconnaîtra aussi en lui devant les anges de Dieu."

Le lien va jusqu’à l’identification entre celui qui se prononce et celui dont il est parlé.

Quiconque se reconnaît en moi confesse le Verbe, quiconque se prononce pour moi s’engage pour la Parole.

Attention, que nos mots et nos discours ne soient pas du bavardage, mais en vérité une parole.

Jean Pierre Brice Olivier 10 09

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :