Mot à Mot

Jean Pierre Brice Olivier

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Du même auteur

SUITE


Dans la même série

Paroles de l'extrême Mt 26, 14-25 pl

Beaucoup d'appelés et peu d'élus Mt 22 1-14 j

Actes des Apôtres

Miséricorde pour l'eunuque
Actes 8, 26-40

Or, un Éthiopien, un eunuque, haut fonctionnaire de Candace, la reine d’Éthiopie, et administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer. Il en revenait, assis sur son char, et lisait le prophète Isaïe.

En quelques mots, l’auteur des Actes des apôtres joue avec les stéréotypes communs des sociétés machistes ! La virilité et le pouvoir — son corollaire — sont ici partagés par une femme et un eunuque.

Luc nous présente un homme amputé de ses attributs virils, et normalement assigné, selon l’origine du mot grec, à être "gardien du lit", sentinelle du harem.

Cependant, celui-ci a réussi à devenir haut fonctionnaire, et il ne manque probablement pas de pouvoir. Il n’est pas gardien du gynécée, mais administrateur de tous les "trésors" d’une femme, et peut-être est-ce là le plus beau rôle d’un homme.

Il est au service d’une candace : ces reines noires et guerrières qui ont fait trembler les armées d’Alexandre, des pharaons et de Rome. Les candaces étaient reines du royaume de Koush au sud de l’Égypte. Et la candace de notre texte, au comble de sa puissance, se nomme Candace !

Cet homme mutilé n’est plus, aux yeux des autres hommes, tout à fait un homme puisqu’il n’est plus un "mâle", ni un "mâle dominant", un état deux fois humiliant.

Et pourtant, voici l’homme. (Jean 19,5)

Aux yeux de Dieu, la vérité d’un homme ne réside pas dans sa virilité ou son impuissance.

Notre eunuque scrute les Écritures, il lit le passage d’Isaïe : Comme une brebis, il fut conduit à l’abattoir ; comme un agneau muet devant le tondeur, il n’ouvre pas la bouche. Dans son humiliation, il n’a pas obtenu justice. Sa descendance, qui en parlera ? Car sa vie est retranchée de la terre. Ces phrases s’adressent parfaitement à sa propre situation d’eunuque : conduit à l’abattoir, muet, humilié, sans descendance… Et il a raison de se demander de qui parle le prophète. L’eunuque se reconnaît dans ce texte, mais se peut-il que la parole de Dieu parle de lui ? Philippe va lui révéler qu’un autre aussi a traversé toutes ces peines : Jésus le Christ.

Et ce Jésus a même glorifié l’état d’eunuque : Il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère ; il y en a qui le sont devenus par les hommes ; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. (Matthieu 19, 12)

Ils descendent tous les deux dans l’eau, Philippe et l’eunuque, plongés ensemble dans le même bain de la fraternité et de la miséricorde.

Le bienheureux eunuque poursuivait sa route, tout joyeux.

Jean Pierre Brice Olivier 04 16

 

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :