À Propos


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Reconnaissances philosophiques, de Jean-Louis Chrétien

Guérir la vie. La passion d'Antonin Artaud, de Jacob Rogozinski

L'écriture du réel. Pour une philosophie du sujet, de Gérald Moralès

Les personnes : Essai sur la différence entre "quelque chose" et "quelqu'un", de Robert Spaemann 

Morale et Chaos, de Pierre Caye

SUITE…


Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

 Philosophie

Heidegger, Aristote, Platon

Hadrien France-Lanord 

 

Cet ouvrage a pour fil conducteur la question de la parole telle que Heidegger n’a cessé de la méditer dans la perspective de préparer la pensée à un autre commencement qui passe outre le commencement grec. C’est l’enjeu éthique de ce passage à l’autre commencement que présente l’Avant-propos, en s’appuyant sur de larges extraits d’un texte de Heidegger à propos de la poésie inédit en français.

Dans sa méditation sur la parole, Heidegger a mené à l’époque de Être et temps un dialogue très intense avec Aristote. Ce qu’a d’exceptionnel cette rencontre qui a marqué toute une génération d’élèves (notamment H.-G. Gadamer, H. Arendt, L. Strauss) est ici présenté de manière générale. Mais certains axes en sont précisés, en particulier à travers l’attention que Heidegger a portée au rôle de la parole dans l’être ensemble chez Aristote. Grâce à la redécouverte chez Aristote du sens non théorique de la parole partagée avec autrui, Heidegger a frayé dans Être et temps une voie nouvelle pour la question de l’être en réenracinant la philosophie dans l’existence humaine. Le phénomène de la quotidienneté cher à Heidegger est ici envisagé dans cette perspective et comme un des enjeux majeurs du dialogue avec Aristote.

Quant au dialogue que Heidegger a mené avec Platon, il est aussi présenté dans ses grands traits à travers la notion même de dialogue si importante pour les deux penseurs. Dans ce rapport de Heidegger avec le fondateur de la philosophie est en jeu le sens de la parole philosophique et la tâche proprement moderne que Heidegger lui confère, à l’époque du nihilisme accompli, d’un voisinage avec la parole poétique. C’est au sein de ce voisinage que se pose également pour Heidegger la question éminemment éthique qui est au cœur de sa pensée et qu’il a nommée, en écho au poète Hölderlin, l’habitation poétique de l’homme sur Terre.
 
 Renaud Escande 03 11

Hadrien France-Lanord est docteur et agrégé de philosophie, il enseigne en classes supérieures.

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).