Parloir


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Tu ne tueras point, C. Pelluchon

Le "comme si", C. Bouriau

Intelligence du corps, I. Auriol

Moïse et l'idée de peuple, B. Karsenti

Aîtres de la lange et demeures de la pensée, H. Maldiney

SUITE…

Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie



Les pierres d'angle

Chantal Delsol

À quoi tenons-nous ?

Quelles sont nos "pierres d’angle", ces principes auxquels nous sommes attachés presque à notre insu ?

La dignité humaine, la conscience personnelle, le projet d’amélioration du monde, la quête de la vérité : certains voudraient nous faire croire que ces pierres d’angle sont nées par génération spontanée. Et pourtant elles ne peuvent se déployer que dans un terreau préparé. C’est bien de l’héritage judéo-chrétien qu’elles proviennent, de ce monde de la personne, de l’espérance, de l’universel auquel nous appartenons.

Ainsi, la fin actuelle de la chrétienté, si elle traduit le terme d’une puissance, ne signifie aucunement la fin du christianisme, lequel représente toujours l’inspirateur principal de ceux-là mêmes qui cherchent à le broyer.

On ne se défait pas de soi.
Renaud Escande 05 14
Chantal Delsol, professeur des universités et membre de l’Institut de France, poursuit ici la réflexion amorcée dans L’Âge du renoncement (Éd. Du Cerf, 2011).

 
* Aux Éditions du Cerf

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).