Parloir


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Tu ne tueras point, C. Pelluchon

Le "comme si", C. Bouriau

Intelligence du corps, I. Auriol

Moïse et l'idée de peuple, B. Karsenti

Aîtres de la lange et demeures de la pensée, H. Maldiney

SUITE…

Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques - Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie



Le concept de philosophie


Hermann Cohen



"La voie de la recherche conduit sûrement et invariablement à l’idéalisme" : c’est ainsi que Hermann Cohen (1842-1918), figure emblématique du néokantisme de Marbourg, exalte les avancées scientifiques majeures qui marquèrent la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle en Allemagne : celles d’Heinrich Hertz et de Ludwig Boltzmann, et aussi d’Albert Einstein. Ces hommes de science avaient été très conscients de la dimension philosophique de leurs travaux. Cohen prend acte. Examinant leurs découvertes, il fait en même temps valoir le « concept » de la philosophie : si la philosophie doit toujours s’élaborer avec les sciences, elle ne s’identifie pas à elles. Transformer des chaires de philosophie en chaires de sciences expérimentales, ce serait "forger les clous du cercueil des universités" ...

Socialiste de toujours, mais critique du "matérialisme" comme slogan politique, Hermann Cohen intervient aussi dans les débats qui faisaient rage à l’époque dans la social-démocratie allemande : il défend l’idée d’un socialisme éthique. L’école de Marbourg devint alors en Allemagne, après 1870 et jusqu’en 1914, la seule philosophie qui réussit à remplir un rôle significatif comme philosophie politique.

Ce volume offre une traduction française annotée des trois versions (1896, 1902 et 1914) du texte rédigé par Hermann Cohen pour présenter l’ouvrage-phare de Friedrich Albert Lange, Histoire du matérialisme et critique de son importance à notre époque.

Il comprend aussi la traduction française de l’Introduction à l’Ethique de la volonté pure (2e éd., 1907) : un ouvrage majeur, encore inaccessible en français, dans lequel Cohen élabore certains points déjà abordés dans son Introduction à Lange : la question du matérialisme en philosophie de l’histoire ; celle du « naturalisme », tout particulièrement en éthique ; les questions du rapport de la morale au droit – et à la religion, dont le judaïsme.

Textes traduits de l’allemand par Myriam Bienenstock et Jean-Michel Buée, avec la participation de Marc Bonnemaison.
Edition présentée et annotée par Myriam Bienenstock.

Renaud Escande 02 15

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).