Parloir


Renaud Escande

Courrier :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans la même série

Tu ne tueras point, C. Pelluchon

Le "comme si", C. Bouriau

Intelligence du corps, I. Auriol

Moïse et l'idée de peuple, B. Karsenti

Aîtres de la lange et demeures de la pensée, H. Maldiney

SUITE…

Du même auteur

Kupka et le Cantique des Cantiques - Musée d'Histoire du Judaïsme 10 05

SUITE…

Philosophie



L'invention du réalisme


Étienne Bimbenet

L’être humain est un vivant particulier. Il va de soi pour lui que le monde existe et que ce monde, parce qu’il est réel, juge nos paroles, nos actes et nos convictions. Le vivant humain est « réaliste » : il croire à un monde plus vieux que lui et qui lui survivra.


Comment une telle croyance a-t-elle pu advenir ? Comment le réalisme s’est-il inventé dans l’histoire de la vie ? À cette question  la philosophie a fourni, au long de son histoire, un ensemble de réponses très diverses. L’être humain croit que le monde existe parce qu’il est un être parlant, ou un vivant déficient, ou un animal politique, etc. Mais que valent ces réponses lorsqu’on les examine et qu’on les discute pour elles-mêmes ? Et comment se défendent-elles, lorsqu’on les soumet au crible d’une enquête empirique appuyée sur l’éthologie animale, la psychologie de l’enfant ou  la psycholinguistique ?


C’est ainsi que le réalisme, dès lors qu’il s’entend comme une attitude tard venue dans l’histoire de la vie, somme la philosophie de de repenser à nouveaux frais ses partages fondateurs : le réalisme et l’idéalisme, le transcendantal et l’empirique, l’universel et le nécessaire…

Renaud Escande 05 15

LA LETTRE
vous informe
de l'actualité de
LaCourDieu.com

Votre courriel :

Merci d'indiquer
le n° du jour (ex: 21 si
nous sommes le 21 juin).